"Rana Toad", ça se mange?

Nous sommes libraires de divers horizons, bibliovoraces friands de découvertes, ici pour partager!

lundi 22 juin 2015

Hannibal et Peter paniquent (Chapitre 5)

Jacques Poirier, 1966.
  "He stood there for a moment longer, trying to control his chattering teeth. From nowhere the icy draught flowed over him. The he saw faint, wispy tendrils of mist begin to form in the air as if a spirit might be materialising. At the same instant the uneasy feeling that had become extreme nervousness mounted to sheer terror.
  He turned. He didn't intend to turn. His feet did it for him. They took him straight out the main entrance and down the old driveway, running like a deer.
  "Right beside him was Jupiter Jones. It was the first time Pete had ever seen his partner run from anything so fast.
  "I thought you said your legs took orders from you," he called.
  "They do," cried Jupe. "I ordered them to run."
  And run they both did, in great strides. Their torches made wild bobbing paths of light in front of them as they left the silent, brooding bulk of Terror Castle and that awful, uncontrollable feeling of creeping, crawling fear.
Jacques Poirier, 1979.


  "Un moment, il resta là, essayant de s'empêcher de grelotter. Mais le courant d'air qui venait de nulle part le transperçait. Puis il vit des volutes de brouillard, à peine perceptibles, se former en l'air, comme si quelque esprit avait été en train de se matérialiser. Au même instant, le malaise qu'il éprouvait,; et qui n'était que nervosité extrême devint panique.
  Il tourna sur les talons. Il n'en avait pas l'intention, mais ses talons l'y obligèrent. Deux minutes plus tard, il était sorti du château et galopait dans l'allée à la vitesse où galopent d'ordinaire les chevaux de course.
  A côté de lui, courait Hannibal. C'était la première fois de sa vie que Peter voyait Hannibal se sauver à une allure pareille.
  "Je croyais que tes jambes avaient l'habitude de t'obéir! haleta Peter.
  -Bien sûr. Et je leur ai commandé de filer!" répondit son compagnon, du même ton.
  Ils n'avaient pas ralenti pour autant. Leurs torches électrique zébraient la nuit.
  Derrière les garçons, se dressait la mase menaçante du château des Epouvantes, source mystérieuse d'une panique qui demeurait inexpliquée.

The Secret of Terror Castle/Au Rendez-vous des revenants, Robert Arthur/"Alfred Hitchcock". Traduction de l'américain par Vladimir Volkoff.

Aucun commentaire: