"Rana Toad", ça se mange?

Nous sommes libraires de divers horizons, bibliovoraces friands de découvertes, ici pour partager!

mercredi 23 juin 2010

Le Parfum de la chatte en noir et autres pastiches érotiques de romans policiers

L'auteur de Comment draguer la catholique sur le chemin de Compostelle, Osez coucher pour réussir et La Vie sexuelle de Blanche Neige, autre autres, revient avec un recueil de pastiches sur les aventures volontairement cachées des policiers les plus célèbres.
Dans Arsène lupin, gentleman gamahucheur le célèbre héros s'intéresse au derrière de la femme d'un ministre et imprime ses initiales à la naissance de son anus. Le vol de papier et d'un tableau serait-il un subterfuge pour s'occuper de la dite dame ou le contraire? Une reconstitution est nécessaire pour résoudre cette énigme. L'auteur tente de se rapprocher du style de Maurice Leblanc, remarque qui vaut pour tout le recueil, tout en y injectant un ton de vaudeville bourgeois.
Dans Le Parfum de la chatte en noir Rouletabille enquête sur le suicide supposé d'un artiste qui a été en fait étouffé par une nonne criminelle ancienne connaissance de notre héros! Il mènera l'enquête courageusement quitte à en perdre la vie dans un duel acrobatique. Au programme enquête lubrique, profanation, nécrophilie et amitié rapprochée avec des nonnes, tout pour se faire des amis!
Dans L'Héritier aux deux trous on retrouve un Sherlock Holmes lubrique et bien sûr drogué qui enquête sur l'enlèvement du fils héritier d'un riche banquier. Mais pourquoi le dit riche banquier a-t-il choisit comme épouse pour sa progéniture une prostituée qui n'a pas froid aux yeux? Cela cacherait-il un secret de famille bien encombrant? Au programme secret de famille et lesbianisme particulièrement inavouable dans cette Angleterre victorienne.
Dans Les Véritables mémoires du vit de Vidocq on suit l'enquête de la mort d'une riche héritière. Notre policier appliquera des méthodes bien particulières, modernes et pas franchement catholiques pour réunir des preuves. Il devra explorer les bas-fonds pour retrouver les assassins ce dont il ne se plaindra pas! A noter un lexique bien utile sur l'argot de l'époque à la fin de la nouvelle.
Dans Fantômas contre l'inspecteur Juve et le jeune journaliste Fandor on apprendra que pour provoquer la chute de Fantômas il suffit de le faire chanter de façon bien particulière avec l'aide de sa fille.
Dans La Mystérieuse histoire du gode d'ivoire Hercule Poirot devra donner de sa personne afin de comprendre non seulement qui est le voleur du dit objet mais aussi comprendre l'histoire de famille qui se cache derrière les mystérieuses initiales gravées à sa base.
Enfin dans Morsure sénile Miss Marple doit déjouer un maître chanteur, ayant jeté son dévolu sur un prêtre bien coincé et confident de tout le village, qu'elle pourrait bien connaître. Au programme flegme anglais bien coincé comme il faut et conspiration pour gagner un pari lubrique!

L'auteur tente non seulement de se rapprocher des styles des différents auteurs mais aussi les mentalités et langage des différentes époques. On apprendra qu'un journaliste doit souvent donner de sa personne pour mériter un reportage et que les amitiés, viriles ou non ,peuvent amener à des distractions peu catholiques!

Un livre très efficace à ne pas rater pour son ton burlesque!

Extraits:
"J'étais un homme et je répugnais à me dévêtir devant un autre. Mais, devant l'insistance amicale de Rouletabille qui m'avait moult fois, mais en toute virilité, troufigné le radada, je cédai"

Étienne Liebig, Éditions La Musardine, mars 2010.

3 commentaires:

Damo a dit…

Mouais bon moi je suis un peu un fan de Maurice Leblanc, et je voudrais tempérer ton enthousiasme, le pastiche du style de Lupin il est complètement inexistant...

Taly a dit…

c'est surtout le côté complètement décomplexé et burlesque qui m'a plu. Mais c'est vrai que le pastiche d'Arsène lupin n'est pas le meilleur.

Taly a dit…

j'ai fait deux petites modifications afin, après réflexion, de rendre ma critique plus mesurée après avoir pris du recul et pas juste grâce à la remarque de Damo :)