"Rana Toad", ça se mange?

Nous sommes libraires de divers horizons, bibliovoraces friands de découvertes, ici pour partager!

dimanche 27 septembre 2009

Axis

Je reviens des étoiles, fin de la lecture d'Axis. C'est un livre que j'avais beaucoup attendu en français, déjà parce que j'aime les couvertures de Manchu (il faut commencer par là), mais aussi parce que les traductions de Gilles Goullet me semblent assez réussies (et éclairent les zones d'ombres et les obstacles que mon piètre niveau d'anglais n'avait pu surmonter à la lecture du même livre chez Tor, honte à moi)

"Axis" de Robert Charles Wilson est le second tome de ce qui devrait être une trilogie ("Vortex" étant le titre du petit dernier). Pour aborder ce livre, il faut avoir lu l'excellent "Spin", publié chez Denoël, prix Hugo 2006.

"Spin" est un roman terrible et abouti, un foisonnement de concepts, un mélange d'une cohérence absolue entre des idées complètement barrées et une géopolitique établie, au sein de laquelle chaque individualité a un rôle d'échelle planétaire (on reconnait l'humanisme émanant des romans de Robert Charles Wilson)

Je reviens rapidement sur l'histoire : le Spin est une membrane recouvrant la Terre en faisant de ce fait "disparaître soudainement les étoiles du ciel". Les effets du Spin plongent la planète dans une dimension temporelle où le temps s'écoule des millions de fois plus lentement que dans le reste de l'univers. On devine très vite les conséquences face à un Soleil qui se fait de plus en plus vieux. Je n'en dis pas plus pour ne pas gacher la surprise : LISEZ-LE!

Axis se déroule 30 après Spin. Robert Charles Wilson le dit lui même : Spin se suffit.
Il souhaitait donc une nouvelle ambiance pour Axis, qui cette fois devait couvrir une intrigue policière. Pour ne pas gâcher le plaisir aux lecteurs qui n'ont pas lu Spin, je ne vais pas dévoiler l'histoire, mais simplement parler de mes impressions.

Mitigées. C'est le mot. En fait, j'en attendais plus. L'histoire évolue très lentement. La fameuse "intrigue policière" m'a sincèrement ennuyée et les personnages à ce niveau étaient très prévisibles. Ca, c'était pour le négatif.
Pour le positif : c'est la suite de Spin (!!). La problématique à résoudre, aussi peu intéressante soit-elle, se déroule dans un contexte fascinant, étonnant, détonnant! à savoir le devenir de l'humanité face à une nature devenue totalement imprévisible. Et là, on en a pour nos yeux!

Robert Charles Wilson tire son épingle d'une histoire qui aurait pu facilement s'embourber (bon, là elle s'est un tout petit peu enlisée mais j'en suis sortie avec un avis positif), ou perdre de sa cohérence. On en découvre plus sur ce qui brinqueballe les hommes et ces quelques réponses, et autres questions suscitées, suffisent à me donner envie de lire le dernier tome de la trilogie.

*aides/sources: Yozone (interview après Spin), le Cafard Cosmique (critiques ô combien pertinentes), ActuSF (interview après Axis)

N'oubliez pas que la librairie Scylla à Paris accueillera Robert Charles Wilson le lundi 2 novembre de 18h à 20h (comment ça je radote? :<)

5 commentaires:

Damo a dit…

Va falloir que je les lise ces livres un jour ! Ouiiii (dommage que ça soit si cher quand même)

Filisimao a dit…

J'attendais ton article ! Merci ;)

Spin m'avait beaucoup plu, Axis m'a par contre déçu.

Le rythme est lent, l'intrigue ne m'a pas captivée. Je n'aime pas particulièrement l'écriture de Robert Charles Wilson, mais d'habitude il y a de l'idée. Axis reprend les bonnes trouvailles de Spin mais n'en apporte pas de nouvelles, selon moi.

Ou alors peut être qu'elles résident dans le dernier quart du livre ? (que je n'ai pas eu l'envie de lire).

Susan Calvin a dit…

J'ai beaucoup recherché Spin dans Axis, je pense que c'est ce qui m'a donné envie d'aller au bout, malgré les longueurs. J'en attendais beaucoup plus, surtout quand on voit l'imaginaire déployé dans Spin.

(par contre le dernier 1/4 du livre il se passe quelques petites choses.. mais avec un effet du genre "la suite dans le prochain épisode" un peu frustrant :p)

Bref, comme je suis "fan" de cet univers, je suis contente de ma lecture, mais je comprends que le tome soit décevant.

Filisimao a dit…

Hummm ok ; vu que je l'ai acheté je le reprendrai sans doute un de ces jours pour le finir, mais ça a été une petite déception quand même ^^

Gilles Goullet a dit…

On peut aussi aller aux Utopiales pour voir Robert Ch. Wilson. En prime, on y croisera son traducteur. ;-)
Et même Norman Spinrad, puisque La Mare Aux Livres en parlait dans le billet précédent...