"Rana Toad", ça se mange?

Nous sommes libraires de divers horizons, bibliovoraces friands de découvertes, ici pour partager!

lundi 27 octobre 2008

Ritournelle de la faim

Bon, je m'y colle. Comme vous le savez, je travaille dans une structure minuscule où seuls les plus gros auteurs gagnent le sacro-saint droit au facing.

Qui est le dernier brontosaure de la littérature francophone? J'ai nommé Le Clezio bien sûr!
Mais imaginez le topo: un prix Nobel dont les ventes seraient en plus boostées par un avis favorable de la libraire! quel machiavélisme! *se frotte les mains*
Donc voilà, j'ai lu la fameuse "Ritournelle de la faim" (Gallimard, 18€), son petit dernier.

Le Clezio raconte l'histoire d'Ethel (sa mère, pour la petite histoire)..
Jeune fille, cette dernière est projetée malgré elle dans la vie d'adulte, assumant une grosse déchéance sociale (de l'aristocratie à la misère) lors de la seconde guerre mondiale.

Bon.. je n'ai pas tellement savouré la lecture (je me suis forcée à un chapitre par soir, comme pour les prescriptions scolaires). Je n'ai eu absolument aucune empathie avec Ethel, trop "pure", trop "héroïque" pour être vraie (pourtant je suis une grande sensible :'o), et même le contexte plutôt vendeur ne m'a pas paru tellement étayé. Le seul passage qui m'a touchée c'est le dernier chapitre: Le Clézio y met un peu de lui en décrivant cette France d'aujourd'hui dont l'histoire en partie gommée jailli au coin de quelques places.

Chacun ses goûts, pour contrebalancer mon avis, citons celui de Patrick Kéchichian dans Le Monde:
"L'écrivain ne dispense aucune leçon de morale. Subtil et généreux, hautement maîtrisé également - la composition du récit en témoigne -, son art est tout de compassion et d'empathie, de révolte aussi. Il est rare d'entrer avec tant d'émotion dans les sentiments de personnages romanesques. Et en premier lieu d'Ethel, dont la figure ne s'efface pas." (j'en ai les larmes aux yeux T.T)

Le Clezio a un style qui plaira indéniablement, qui marquera sûrement certains esprits (on ne tari pas d'éloges), et qui entre parfaitement en adéquation avec nos bonnes vieilles lectures scolaires (c'est les profs de français qui vont être contents.. d'ailleurs Lullaby se vend comme du bon pain!).. allez, je dirais qu'il est .. pas mal quoi.. (et vous, z'en pensez quoi?)

3 commentaires:

Taly a dit…

C'est marrant parce que j'adore son écrire mais je n'ai jamais pu lire aucun de ses romans en entier justement par manque d'empathie! Genre je me pose toujours la question au beau milieu de savoir si ce qu'il va finalement arriver aux personnages m'intéresse tant que ça... et je referme le livre irrémédiablement!

Gilmoutsky a dit…

Non désolé je prend les routes secondaires.

cecile a dit…

Hum... pas convaincue non plus. Je reste notamment sur ma faim concernant sa relation avec Xénia. C'est un roman où effectivement il se fait plaisir ! Les lecteurs, ils repasseront !!!