"Rana Toad", ça se mange?

Nous sommes libraires de divers horizons, bibliovoraces friands de découvertes, ici pour partager!

lundi 28 juin 2010

Chien du Heaume



Incroyable. Je lis beaucoup de littérature fantastique, mais vraiment beaucoup.
Depuis des années. Et je n'accorde en général que peu d'intérêt aux prix littéraires, sauf quand ils couronnent des auteurs que j'aime déjà.
Mais ce Grand Prix de l'Imaginaire décerné à Justine Niogret, c'est quelque chose.
En fait, qu'est ce que c'est, Chien du Heaume ? Rien de moins qu'autre chose qu'un roman fantastique. Voire pas du tout un roman fantastique. Pas étonnant de la part de Mnémos, qui avait déjà mis les mains dans le cambouis répandu par Justine Niogret, avec Dehors les chiens, les infidèles de Maïa Mazaurette.

Chien du Heaume distille le fantastique dans ses interstices, là où le lecteur ne regarde pas, là où l'auteur ne va pas. Là où l'imagination règne en maître.
Justine Niogret est très certainement complètement folle, mais elle sait écrire, et elle maîtrise la période qu'elle conte du bout des doigts. La lecture est un tel plaisir qu'on voudrait réellement que le livre ne se termine jamais. Les personnages, attachants; l'histoire, passionnante; le cadre, magnifiquement retranscris.
On peut considérer que Chien du Heaume est l'histoire d'une mercenaire qui cherche à retrouver ses origines dans un monde médiéval qui se trouve au discret tournant de son époque. Sa quête la mènera dans des lieux où elle bifurquera de sa recherche pour rechercher la compagnie des gens qui lui sont identiques, familiers ou juste attractifs. Et finalement, c'est sa quête qui la trouvera toute seule. Mais ce roman ça n'est pas vraiment ça non plus.
Ce roman est surtout la mise en scène d'un amour magnifique de son auteur pour une époque et tout ce qu'elle contient. Poétique, émouvant, brutal, sanglant, drôle, Chien du Heaume est tout cela - plus ce que vous y trouverez vous-même.

Chien du Heaume
Justine Niogret
Mnémos
18€

3 commentaires:

Taly a dit…

Tu m'as convaincu! Je vais passer te voir mercredi et tu me le ramèneras, si tu y penses bien sûr, que je me plonge aussi sur ce roman dont je ne lis que des chroniques dithyrambiques :)

justine Niogret a dit…

Nom de Dieu. Quelle passion. Je ne savais pas avoir écrit ce livre.
Merci en tous cas.
justine

Jasz a dit…

'Justine Niogret est très certainement complètement folle'

Même pas besoin de 'très certainement', Justine s'est échappée un jour de son centre de 'repos', celui qui un institut spécialisé perdu au milieu des Alpes ; c'est d'ailleurs de là que viennent les balafres qui lui parcourent le visage (les barbelés ça griffe), et les trois doigts qui lui manquent à la main gauche (les belettes, c'est vicieux).

Elle n'a pu s'en sortir qu'en mangeant des racines et des moutons - pour la plus grande colère des agriculteurs. Rien d'étonnant du coup, au fait que la pauvre soit devenue complètement dérangée.


Mais bon, c'est ce qui fait son talent : cette critique est tout ce qu'il y a de plus vrai :D. Justine we heart u.